Myriam El Khomri : Il faut « donner la parole aux victimes »

logo site d'actualités de la Fondation Scelles

 Contact

Myriam El Khomri : Il faut « donner la parole aux victimes »

Adjointe au Maire de Paris, chargée de la prévention et la sécurité, Myriam El Khomri est directement confrontée aux phénomènes de traite des êtres humains et de prostitution à Paris. C’est pour appeler l’attention sur ces problèmes qu’elle a souhaité participer aux Prix Fondation Scelles. Elle s’en explique plus longuement.

 

Pour quelles raisons avez-vous accepté de siéger dans le jury des Prix Fondation Scelles ? 
En tant qu’adjointe au Maire chargée de la prévention et de la sécurité, je suis préoccupée par l’augmentation du phénomène de traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle sur la voie publique à Paris et je ne cesserai de saisir le Préfet de Police et le Procureur de Paris à ce sujet afin que des actions soient mises en place pour lutter contre ces réseaux mafieux.
Il est indispensable d’agir auprès de ces femmes qui sont sur notre territoire. Elles doivent pouvoir bénéficier du respect des droits fondamentaux tels que le droit à se faire entendre, le droit à un procès.
Et puis la situation est devenue insupportable pour certains habitants des quartiers populaires qui sont obligés de supporter quotidiennement la traite de ces femmes.
La ville de Paris, depuis plus de douze ans, mène une politique partenariale de prévention, et de prise en charge des personnes prostituées. Début 2011, le Maire de Paris a mis en place une coordination prostitution avec l’ensemble des maires d’arrondissements, la Préfecture de Police, le Parquet ainsi que les associations venant en aide aux personnes prostituées pour permettre d’améliorer les relations et la coordination entre les différents acteurs, la prise en charge des personnes prostituées et l’intervention judiciaire.
Dans ce contexte, il me paraissait important de soutenir la Fondation Scelles qui, aux travers de ces actions d’information, de prévention, et de sensibilisation à la lutte contre l’exploitation sexuelle.

 

Qu’avez-vous pensé des travaux des candidats ? Ont-ils bien perçu les problèmes et les enjeux liés aux questions de prostitution et d’exploitation sexuelle ?
J’ai apprécié la qualité du travail réalisé par ces jeunes candidats ainsi que les échanges que j’ai pu avoir avec les autres membres du jury.
Une mention spéciale pour les plaidoiries et les slams proposés !

Pensez-vous que ce type d’initiatives peut aider à la sensibilisation du public, et plus particulièrement des jeunes ?
Les supports utilisés comme la vidéo, la photographie, le slam par exemple sont des outils intéressants pour impliquer et intéresser les candidats au phénomène de traite des êtres humains. Et puis s’inscrire à un concours est stimulant.

 

A quelles autres formes d’action pourrait-on avoir recours pour sensibiliser le public ?
Donner la parole aux victimes, qu’elles puissent nous parler de leur parcours

 

Comment la Mairie de Paris peut-elle agir pour la sensibilisation du public ?
Poursuivre et approfondir le travail déjà engagé par la ville de Paris auprès des jeunes sur le respect mutuel filles – garçons, et puis continuer à soutenir les associations qui viennent en aide aux personnes prostituées.

 

Propos recueillis par CG

 

Les sites de la Fondation

lien vers le site fondationscelles.org

lien vers le site du CRIDES